Les odyssées du Jardin Rosa Mir

Les cultures méditerranéennes
dans un cadre unique

Les odyssées du jardin Rosa Mir proposent de vous embarquer pour :

· Une visite privilégiée avec projection du court métrage sur l’histoire de son créateur Jules Sénis Mir, le jardin et la rénovation des lieux par la Ville de LYON.

· Une rencontre avec un intervenant des espaces verts de la Ville de LYON pour connaître les variétés de plantes.

· Un temps culturel en lien avec un pays méditerranéen  (musiciens, chanteurs, conteurs).

Une heure trente de dépaysement total en plein cœur de la Croix-Rousse, à certaines dates de juin.

Retrouvez-nous au 87, grande rue de la Croix-Rousse Lyon 4ème.

Participation aux frais de 7 €.

Nombre de places très limité.

Vous pouvez compléter votre découverte Croix-Roussienne par une visite de la Maison des Canuts. www.maisondescanuts.fr

En partenariat avec la logo mairie lyon 4

Découvrez les artistes de nos odyssées

Le 7 juin à 18h : ALMA T’INVIO, Ghjuvan’Filippu DE PERETTI (voix, cistre corse), Joane-Lise MICHOT (voix, petites percussions), Stéphane LOVATO (voix, petites percussions), Mohammed M’SAHEL (Voix, percussions de Méditerranée)

Leur musique colore les chants tradionnels corses avec d’autres univers musicaux (musique ethnique, arabo-andalouse, traditionnelle ou jazz). Un spectacle tout à la fois dynamique, festif, émouvant et riche en surprises.

PAF 7 €

alma tinvio
Khaled BENYAHIA

Le 14 juin à 18h00 : Khaled BENYAHIA, maître oudiste

Sa musique plonge dans les racines arabo andalouses de cet instrument pour s’ouvrir à d’autres univers comme le jazz ou la world musique. Virtuose. (+musiciens, chanteuses).

PAF 7 €

Le 29 juin à 16h30 à l’ALCR 8 rue Hénon

Virginie LUPO, spécialiste reconnue de l’œuvre et de la vie d’Albert CAMUS fera une conférence sur CAMUS l’algérien. La conférence sera suivie par la projection du documentaire de 52 min « Eternelles migrations »  film mémoriel du réalisateur né en Algérie et vivant à la Croix-Rousse, André ZECH.

Entrée gratuite

virginie-lupo
eternelles-migrations
babel

Le 5 juillet à 18h : BABEL duo formé par Serge PRINIOTAKIS (cordes nylon) et Laura LAHAIX (cordes vocales)

C’est un duo qui se nourrit de musiques du monde mais reste cependant profondément ancré dans la culture andalouse : le flamenco est son identité profonde au travers de laquelle il s’amuse à relire toutes les autres dont la musique de Bollywood dans leur nouveau projet. De l’Espagne à l’Inde, en passant par le jardin Rosa Mir.

PAF 7 €

UN LIEU, UN FILM, DES EVENEMENTS

Le Jardin Rosa Mir, c’est un lieu unique, caché derrière les façades de la Grande Rue de la Croix-Rousse, un peu secret, hors du temps et de la frénésie de la vie moderne. C’est surtout l’œuvre d’un homme exilé par les soubresauts d’une Histoire âpre et sans considération pour tout ce qui pouvait le définir. Après un périple difficile et plein de drames, il a ancré ses souvenirs, sa vie, dans ce lieu à part. Les pierres et les plantes ont voyagé pour lui et sont venues nourrir du rêve d’autres latitudes cet espace entre deux de ce quartier si singulier qu’est la Croix-Rousse. Peut-être ne sont-elles là que de passage, attrapées au vol par quelques amoureux des belles choses qui ont pu apporter leur contribution.
Ce sont ces odyssées que nous avons souhaité réunir dans un film, film sur une vie, un lieu et tous ceux qui ont pu lui redonner sa flamboyance méditerranéenne dans un cocon si lyonnais. Film qui vivra sous différentes formes sur les lieux même.
Occasion de s’ouvrir sur d’autres odyssées plus récentes ou en cours. Plusieurs temps musicaux, poétiques, artistiques ou informatifs prendront place dans le cadre du jardin. Leur point commun, leurs origines méditerranéennes, occasion de valoriser des cultures et des approches différentes rendues si proches de par leur mer partagée.
Ainsi, au-delà de pierres et de plantes, ce sont les hommes qui voyageront pour créer sur un tout petit espace, un univers en soi.

rosa1

JULES SENIS MIR

Jules Senis est né en Espagne à Burjassot dans la banlieue immédiate de Valence en 1913. Il est compagnon puis artisan maître maçon dans une famille fortement ancrée dans ce territoire. Engagé du côté républicain pendant la guerre d’Espagne et poursuivant des activités politiques après l’avènement du Franquisme, il est contraint, par crainte d’une dénonciation, à se réfugier illégalement en France en 1947 où il rejoint un de ses frères. Il fait franchir à sa femme et à ses deux fils la frontière de façon rocambolesque en 1949. En 1951, il s’installe, en famille, à la Croix-Rousse et crée une entreprise de maçonnerie et de carrelage. Atteint d’un cancer de la gorge en 1952, il fait le voeu de créer un jardin à la gloire de sa mère s’il en échappe. Après 3 ans difficiles, il se remet de sa maladie. Il se lance alors dans la réalisation du jardin qui portera le nom de sa mère. Il décède en 1983.

jardin-rosa-mir

UN JARDIN DE LA MEDITERRANEE ET DU MONDE

Sur ce bout de terrain à l’abandon qui se trouvait derrière son logement et racheté, au début des années 50, le cerisier sauvage a laissé place à une nature maîtrisée, poussant sur des fondations en béton ou même devenant support de minéraux. Dans un enchevêtrement de plantes et de pierres, Jules Sénis Mir a, peu à peu, y consacrant vingt années de sa vie, créé un jardin improbable où, pourtant, règne l’harmonie. La main cet homme a façonné un monde où coquilles terrestres et maritimes, pierres des sables, pierres de toutes les origines, arbres, plantes grasses, plantes à fleurs mais aussi productions humaines comme le béton ou le carrelage se rencontrent pour créer une matrice dans laquelle on se sent renaître.
Le jardin est racheté par la Ville en 1983 pour pouvoir le protéger et le faire visiter.
Il est ouvert au public durant de nombreuses années grâce à l’aide de l’association des Amis du Jardin Rosa Mir créée du vivant de Jules Senis. Mais le lieu se dégrade ce qui conduit la Ville à le fermer à la visite en 2011.
Grâce à la ville de Lyon, ce jardin atypique rouvre après 5 ans de rénovation avec le concours de Frédéric Reynaud, architecte paysagiste.
Près de 450 végétaux ont été plantés dans les vasques supérieures et 4000 joubarbes ont trouvé place dans les coquilles Saint-Jacques. A côté des 750 vivaces, le promeneur découvre une palette impressionnante de 5000 plantes importées de Méditerranée.

« Dans un enchevêtrement de plantes et de pierres, Jules Sénis Mir a créé un jardin improbable où, pourtant, règne l’harmonie.»

Saisissez votre recherche et appuyez sur Entrer